Publié dans Tout ce qui n'a pas été classé encore....

Recopie


Voici un exercice un peu différent à offrir chez vous…

Vous savez, la différence apporte parfois un petit quelque chose de plus qui permet d’intégrer une notion, l’orthographe d’un mot, la compréhension d’une lecture…

 

Dans un premier temps…  une recopie.  On demande à l’enfant de recopier minutieusement le texte suivant en observant l’orthographe des mots.  

Le coq

Le coq est le roi du poulailler. Il porte aux pattes deux ergots, espèces d’ongles pointus, avec lesquels il se défend contre ses adversaires. Il aime à se pavaner au milieu de son troupeau de poules. Quand il fait une trouvaille en nourriture, il appelle les poules pour la leur faire partager. Il a un air hautain et fier, il n’entend pas qu’une poule résiste à son empire. Souvent quand deux coqs se rencontrent, il y a bataille; celle-ci se termine quelquefois par la mort de l’un ou de l’autre. Le coq se lève de bonne heure, il entonne son coq cocorico bien avant le lever du soleil.

«Manuel de français par les frères maristes – cours moyen»,1931

On demande à l’enfant de relire attentivement le texte «à haute voix» qu’il vient de recopier.

Finalement, on le questionne, cahier fermé.  L’enfant doit répondre par des phrases complètes.

1 — Où le coq exerce-t-il son empire?

2 — Quel moyen de défense porte-t-il aux pattes?

3 — Comment se promène-t-il parmi les poules?

4 — Que fait-il quand il trouve de la nourriture?

5 — Que savez-vous sur sa démarche?

6 — Qu’arrive-t-il parfois quand deux coqs se rencontrent?

7 — Se lève-t-il de bonne heure?

8 — Comment appelle-t-on le chant du coq?

 

Exercice tout simple, c’est vrai, mais qui permet de travailler plusieurs sphères : lecture, calligraphie, recopie sans erreur, orthographe des mots, nouveau vocabulaire, lecture à haute voix, exercice de mémoire, répondre adéquatement aux questions !

Pas banal comme exercice n’est-ce pas?

Publicités
Publié dans Tout ce qui n'a pas été classé encore....

Journal quotidien / portfolio


Bonjour tout le monde!

Je reçois présentement beaucoup de courriels de mamans qui veulent voir un exemple de portfolio que je présente à ma commission scolaire.  Je sais très bien que plusieurs s’imaginent que mes portfolios sont exceptionnels…  mais je vais tristement vous décevoir puisque mes portfolios sont ternes, moches et déprimants.

J’en ai parlé à plusieurs reprises, mes portfolios ne sont pas beaux, pas géniaux non plus.  Ils ne donnent qu’un très bref aperçu de ce que nous faisons en classe-maison.  Je n’aime pas le concept de portfolio…  pas plus que des évaluations de fin d’année d’ailleurs.  Les portfolios ne représentent absolument rien…  ils ne veulent rien dire.

Franchement, pensez-y…  on peut y insérer ce qu’on veut.  On peut y insérer CE QUE L’ON VEUT BIEN Y METTRE…  pas nécessairement le parcours réel d’un enfant, mais bien « ce que l’on veut bien montrer de notre enfant »…  Pfft…  une vraie farce quand on y pense.

Quelle maman proposera dans son portfolio uniquement les exercices ratées de son enfant?

Quelle maman osera montrer que l’enfant n’a rien fait d’autre que le minimum tout au long de l’année?

Quelle maman osera dire qu’elle a aidé l’enfant à répondre aux questions de l’examen parce qu’il n’arrivait pas à le faire seul?

Quelle maman osera dire qu’elle a dû faire la situation-problème de maths avec l’enfant et qu’elle n’y est pas arrivée elle-même? ( pourtant je reçois des courriels de mamans qui me demandent de résoudre de telles situations! )

Quelle maman osera montrer à travers son portfolio qu’elle n’arrive pas à enseigner adéquatement un programme lourd de maths de secondaire 3 ou 4?

Sérieusement?  PERSONNE.

Un exemple concret de mon expérience?

Mon fils-2…  en maths.  C’est un enfant qui éprouve de réelles difficultés avec les mathématiques depuis des années…  en fait, depuis la 6e.  Inutile de vous dire que j’y passe beaucoup…  beaucoup de temps.  Heureusement pour lui, les maths c’est ma force.  Lorsque j’expliquais, à ma conseillère lors de la présentation du portfolio, à quel point il avait de la difficulté elle tournait les pages de mon portfolio en hochant la tête… hum…  hum…  Lorsqu’il a fait son examen de secondaire 3 l’an dernier il a réussi – ne me demandez pas comment, à avoir la situation-problème réussie en entier et une note de 89%!!!!!!!!!!!!!!!

Lorsque j’ai reçu la note par téléphone, elle m’a dit : «Je pense que vous ne connaissez pas les forces de votre fils» Pfft… Vous voulez que je vous dise…  ça ne veut rien dire.  Il n’arrive JAMAIS à faire un seul numéro seul au quotidien…  ça ne veut rien dire!  Qui est mieux placé que moi pour comprendre la difficulté réelle de son quotidien… la bataille perpétuelle avec toutes les notions qui dansent dans sa tête…  MOI et LUI.  Quel bonheur de voir un beau 89% pour une matière aussi complexe pour lui…  quel bonheur de voir pétiller un regard tellement trop souvent éteint devant des mathématiques.  Nous avions tellement travaillé pour qu’il arrive à le faire ce fameux examen…. tellement.  En fait, deux fois le programme entier dans l’année scolaire. ha!

Le portfolio au fil des années ou l’examen l’an dernier donnent-ils un portrait juste de mon fils-2…  NON.

Pour moi, un portfolio n’est que l’image qu’on veut bien donner d’un parcours scolaire.  Il ne sert pas à évaluer l’enfant… il sert à «montrer à notre CS qu’on fait quelque chose ».  Oui, il ne sert qu’à prouver qu’on travaille un peu.

Et que dire du pouvoir que l’on donne à notre CS ensuite… Pfft… parlons-en.

Il y a quelques années, lorsque j’ai été dénoncé à ma CS, j’étais réellement paniquée…  réellement.  Inutile de vous dire que lors de la présentation du premier portfolio j’y ai mis le paquet!!!!  J’allais être jugé pour mon enseignement à la maison…  oui…  inutile de se le cacher, c’est le coeur de notre inquiétude : le jugement de ce que l’on propose!  Et j’ai poursuivi ainsi quelques fois encore…  et curieusement, on a vu apparaître des demandes de leur part.  «Comme vous l’avez fait l’an dernier, il serait bon de mettre ceci… et vous pourriez aussi ajouter cela.»  «Une maman a fait avec son enfant ceci…  c’est une excellente idée à reproduire chez vous » etc… etc…  tranquillement, chaque maman apporte de l’eau au moulin.

Concrètement?

Projet personnel orientant.

J’ai eu la brillante idée 😉  de proposer un stage de deux jours à mon fils-1 dans la classe de ma soeur enseignante.  Mais oui…  comme il voulait devenir enseignant…  c’était une excellente idée de lui proposer de vivre réellement quelques jours dans une classe réelle!

Et?  Maintenant, dans le dossier de consignation on « exige » un stage en entreprise.

Je suis renversée…  c’est devenue un minimum obligatoire.  Quand j’ai vu ça, j’ai riposté un peu.. ben oui… vous me connaissez… la réponse : « suite à votre expérience, l’enseignant-correcteur a trouvé que c’était une excellente idée à reproduire » Pfft…  je rage encore.

Arts plastiques

Lors d’une présentation de portfolio, une maman a eu la brillante idée de proposer des biographies de chacun des artistes à l’étude.

Et?  Maintenant, dans notre dossier de consignation, on «exige» plus de 5 biographies d’artistes!!!!!!

Pourtant, le cours ne donne pas plus d’unité… mais on augmente le travail à faire.

et je pourrais continuer ainsi… encore… encore… et encore.

Présentation de portfolio

Il y a quelques années une maman a eu la fameuse idée de présenter son portfolio merveilleusement beau…  photos…  petites fleurs en origami…  petits collages par-ci, par-là…  scrapbooking…  sûrement merveilleusement beau.  Inutile de vous dire que j’en ai entendu parler!!!!!!!!  «ça rend tellement plus vivant le portfolio»

Pfft… de la poudre aux yeux!!!!

Et? « Pour vos projets,sorties éducatives ou laboratoires, vous pourriez prendre des photos… » « Vous pourriez demander à vos enfants d’embellir le portfolio, ce serait enrichissant pour eux».

ben oui…  encore… et encore…  mais c’est NON!

Voilà pourquoi je n’aime pas l’évaluation par portfolio.  Dans notre désir de montrer ce qu’on est capable de faire…  on donne de l’eau au moulin pour augmenter les exigences à atteindre.

Donc, vous imaginez bien que présentement mes portfolios sont au minimum!

Ce que j’y place :

  1. Quelques exercices en étude de la langue, uniquement les exercices « bilan » donc souvent de réécriture, transposition ou d’écriture
  2. Quelques textes «brouillon » et  «au propre » de situations d’écriture.
  3. Uniquement les évaluations «maison» en mathématique et quelques situations-problèmes.
  4. Science… notre cahier de suivi
  5. Histoire-géographie…  notre cahier de suivi
  6. Anglais… notre cahier de suivi
  7. Une-deux lectures suivies…  pas plus!
  8. Art-musique : un ou deux exemples.
  9. Poésie : un exemple de mémorisation
  10. Dictées…  notre cahier.
  11. Quelques projets.

C’est tout.  Terne…  moche…  Je suis en mesure de comprendre que la pression sur les nouvelles mamans devient de plus en plus grande avec le temps, à cause de notre désir de «prouver que l’on est adéquate».

Nous le savons déjà…   VOUS le savez…  vous n’avez pas à prouver que vous travaillez… Faites-le, tout simplement.

Ne rendons pas le parcours des autres plus difficile d’année en année.

En tout cas… moi… j’ai compris ça.

*********************************

Si vous y tenez…  malgré tout…  je peux vous photographier quelques pages pour vous guider.

Publié dans Tout ce qui n'a pas été classé encore....

Dictées préparées de la semaine


Mon fils-4

( Nous sommes sur un bateau à vapeur )

Imaginez une longue cave ardente, une allée des catacombes, embrasée par le reflet rougeâtre d’une dizaine de fours en pleine combustion.  Des hommes presque nus, activant le feu, fouillant les cendriers, s’agitaient devant ces brasiers qui congestionnaient leurs faces ruisselantes.  Dans la chambre aux machines, on étouffait.  Ici, l’on brûle.

Alphonse Daudet, «Jack»

  1. Mode et temps de «imaginez»?
  2. Compléments d’objet de «imaginez»?  À quel genre sont-ils?
  3. Ardent et ardeur sont de la même famille.
  4. Allée, avenue, rue.  Genre de tous ces noms?  Observe l’orthographe.
  5. Catacombes, embrasée, combustion, chambre.  Observe l’orthographe.
  6. Reflet, soufflet : trouve un verbe en -er dérivé de ces noms.
  7. Suffixe, dans rougeâtre?  Trouve d’autres adjectifs ayant le même suffixe.
  8. Dizaine : quel est le suffixe?  il vient de quel nom ? Observe l’orthographe.
  9. Justifie le pluriel de «fours»
  10. Que signifie en pleine combustion?
  11. Nature et fonction de «hommes»?
  12. Quels sont les compléments d’objet de «activant», «fouillant», «congestionnaient»?
  13. Nature et fonction de «ces»?
  14. «Brasiers» et «cendriers» ont le même suffixe : lequel?
  15. Sujet de «congestionnaient»?  que veut dire ce mot?
  16. Mode et temps de «étouffait» conjugue ce temps en entier.
  17. Que remarques-tu devant «on»? À quoi sert ce «l’»?
  18. Observe l’orthographe «brûle»

Dictée 2

***source : L.Geslin «Méthode de Composition française »

Mon fils-3

Le jeune héros se retrouve perdu dans le brouillard…

Dérouté, désorienté et craignant maintenant pour sa vie, il chercha le point le plus élevé qu’il put trouver sur le banc de sable. Un calme étrange l’envahit, un détachement de lui-même. Il se demanda si c’était le commencement de la fin.  Quand il cria, ce fut uniquement pour entendre le son de sa voix et s’assurer qu’il était encore en vie, mais lorsqu’il eut commencé, il ne s’arrêta plus.  Il cria, il hurla jusqu’à en avoir mal à la tête, jusqu’à s’en casser la voix.

Michael Morpurgo, «Le Roi arthur»

Accords : dérouté, désorienté…  le point le plus élevé

homophones : la fin – le son – s’en casser

Mots à retenir : banc – lui-même – voix

 

Dictée 1

*** imparfait et passé simple