Publié dans Tout ce qui n'a pas été classé encore....

Se désabonner


Je reçois très régulièrement le même message :

« Je ne veux plus recevoir tes articles » «comment faire pour ne plus recevoir tes nombreux articles» 

Il est possible de le faire très facilement!!!!

Lorsque vous recevez une de mes publications dans votre boite courriel, au bas de l’article, il y a un message pour vous désabonner.

Vous n’avez qu’à cliquer sur « se désabonner » !!!

Je suis sincèrement désolée de vous encombrer autant…

 

****************************************************

Inutile de me menacer, de me dire des bêtises…  il suffit de vous désabonner, tout simplement!!!!

Publicités
Publié dans Tout ce qui n'a pas été classé encore....

Un semeur ( texte )


Voici un court texte que je propose à mon fils-3 – 6e cette semaine.  En fait, il sert d’introduction à une situation d’écriture.

On hersait les champs, et un tourbillon de poussière grise, séculaire, jaillissait derrière la herse, s’allongeait et rampait à flanc de colline, puis retombait, et l’on en voyait émerger, comme d’un nuage, un paysan, pieds nus, tête nue, le torse ceint d’une toile; il cheminait lentement, puisait du grain dans la toile et semait d’un geste monotone et pieux qui bénissait la terre.  Il atteignait le bord du champ, se réapprovisionnait au sac de blé, revenait sur ses pas, et gravissait lentement la colline, si bien que d’abord sa tête, puis ses bras et enfin tout son corps se profilait clairement sur le fond.  Avec ce même religieux mouvement du bras, il jetait le blé, qui tombait à terre en un tourbillon circulaire, comme de la poussière d’or.

« Les paysans » L. Reymont

« Du vocabulaire à la composition française » 1955 p.30

**********************************************************

Situation d’écriture

Sujet : Raconter une scène de labour avec un tracteur

Plan proposé : 

  • Paragraphe 1 : Le sol – triste et sale, ronces, mauvaises herbes.
  • Paragraphe 2 : Le tracteur – la mise en mouvement, la rapidité du travail, la profondeur des sillons; les mottes s’écroulent, l’attention de l’ouvrier…
  • Paragraphe 3 : Une réflexion – Le progrès dans la culture avec l’arrivée de la machinerie.

*** Source : « Du vocabulaire à la composition française », 1955 p.31

 

Si cela vous intéresse :

composition_Scène de labour_février

Publié dans Tout ce qui n'a pas été classé encore....

Les chevaux de labour ( poésie)


Tout en sueur, voici les bêtes de labour
Qui reviennent, traînant la herse et la charrue ;
Et leurs pas réguliers résonnent dans la rue
Comme ceux des soldats qu’anime le tambour.

Voyezles s’avancer, les serviteurs des hommes,
Eux qui se réservaient le plus dur du travail :
Percherons accouplés, par le large portail
Ils rentrent au logis des fermiers économes.

Le robuste garçon qui s’assied sur leur dos,
Les cinglant de son fouet, souvent les importune,
Quoiqu’ils aient tout le jour creusé la terre brune
Et bien gagné le foin, l’avoine et le repos.

Ils ont de bons regards, à défaut de paroles,
Pour saluer de loin le gros chien aboyeur.
Les tout petits enfants les touchent sans frayeur ;
Et le couchant vermeil leur fait des auréoles.

(La Clé des Champs)

Léon Duvauchel