Publié dans Tout ce qui n'a pas été classé encore....

Se désabonner


Je reçois très régulièrement le même message :

« Je ne veux plus recevoir tes articles » «comment faire pour ne plus recevoir tes nombreux articles» 

Il est possible de le faire très facilement!!!!

Lorsque vous recevez une de mes publications dans votre boite courriel, au bas de l’article, il y a un message pour vous désabonner.

Vous n’avez qu’à cliquer sur « se désabonner » !!!

Je suis sincèrement désolée de vous encombrer autant…

 

****************************************************

Inutile de me menacer, de me dire des bêtises…  il suffit de vous désabonner, tout simplement!!!!

Publicités
Publié dans Tout ce qui n'a pas été classé encore....

Un semeur ( texte )


Voici un court texte que je propose à mon fils-3 – 6e cette semaine.  En fait, il sert d’introduction à une situation d’écriture.

On hersait les champs, et un tourbillon de poussière grise, séculaire, jaillissait derrière la herse, s’allongeait et rampait à flanc de colline, puis retombait, et l’on en voyait émerger, comme d’un nuage, un paysan, pieds nus, tête nue, le torse ceint d’une toile; il cheminait lentement, puisait du grain dans la toile et semait d’un geste monotone et pieux qui bénissait la terre.  Il atteignait le bord du champ, se réapprovisionnait au sac de blé, revenait sur ses pas, et gravissait lentement la colline, si bien que d’abord sa tête, puis ses bras et enfin tout son corps se profilait clairement sur le fond.  Avec ce même religieux mouvement du bras, il jetait le blé, qui tombait à terre en un tourbillon circulaire, comme de la poussière d’or.

« Les paysans » L. Reymont

« Du vocabulaire à la composition française » 1955 p.30

**********************************************************

Situation d’écriture

Sujet : Raconter une scène de labour avec un tracteur

Plan proposé : 

  • Paragraphe 1 : Le sol – triste et sale, ronces, mauvaises herbes.
  • Paragraphe 2 : Le tracteur – la mise en mouvement, la rapidité du travail, la profondeur des sillons; les mottes s’écroulent, l’attention de l’ouvrier…
  • Paragraphe 3 : Une réflexion – Le progrès dans la culture avec l’arrivée de la machinerie.

*** Source : « Du vocabulaire à la composition française », 1955 p.31

 

Si cela vous intéresse :

composition_Scène de labour_février

Publié dans Tout ce qui n'a pas été classé encore....

Journal quotidien


Le secondaire à la maison…  c’est autre chose…  la fin du secondaire à la maison… c’est carrément autre chose.  Il faut s’y plonger pour réaliser que la tâche devient carrément autre chose.

Février débute dans quelques jours…  je regarde la tâche qu’il reste à faire avant les examens de mai-juin et j’avoue être pas mal anxieuse…  Sérieusement, j’ignore s’il me restera suffisamment de temps pour réviser.

Mon fils-2 est plus lent que mon fils-1…  donc le temps n’est jamais assez long pour faire tout ce qu’il y a à faire!

Français secondaire 5 : Il sera prêt puisque cette matière ne lui cause aucun problème.  Nous sommes dans une séquence « argumentative » comme pour l’examen final.  Pour le moment, il n’est pas encore très à l’aise avec la thèse, contre-thèse, argument, contre-argument…  pas toujours facile de bien les repérer dans un texte.

Anglais secondaire 5 : Il sera prêt puisque cette matière est vraiment très facile pour lui. La seule difficulté qu’il pourrait rencontrer serait lors de son examen écrit avec l’orthographe ou la grammaire…  mais ce n’est pas là que la majorité des points seront récoltés.

Histoire secondaire 4 :  On y arrivera tout juste je pense…  nous avons pris du retard à cause de mes nombreux ajouts … hihihi que voulez-vous…   les manuels d’histoire sont tellement pauvres.

Science secondaire 4 : non… impossible qu’on y arrive.  De toute façon, je pense lui faire faire l’examen aux adultes au début de l’automne à la place.  Nous avançons tout de même dans le programme…  même si trop lentement.

Arts plastiques secondaire 4 : Ouf…  nous avons beaucoup de retard.  Il devrait être en mesure d’être prêt pour juin… mais croyez-moi, il devra produire plus que maintenant!  On a beau dire que ce n’est que de l’art…  mais le programme s’alourdit de plus en plus avec les années.  Le prof-correcteur ajoute de plus en plus de choses à réaliser!

Mathématique secondaire 4 : impossible d’y arriver.  De toute façon, j’avais déjà prévu faire l’examen aux adultes à la fin de l’été.  Ainsi, l’examen sera divisé en 4 parties et ne contiendra pas de situation-problème!

Éthique et culture religieuse secondaire 5 : on verra..  nous avançons tellement lentement dans cette matière assez pénible à faire.

Projet personnel orientant : Nous n’avons pas commencé… hihihihi  comme c’est un cours très facile à réaliser on y arrivera sûrement dans les temps.

Alors…  comme on peut le voir…  heureusement qu’il reste encore un peu de temps devant nous.

Il devient beaucoup moins plaisant, je trouve, enseigner à ce niveau.  Nous avons moins de liberté dans le travail avec l’enfant: la matière est trop lourde pour ça.  On a l’impression que les cahiers de travail ne finissent jamais!

Mais..  j’ai encore le temps d’ajouter quelques lectures ici et là, quelques situations d’écriture express, des dictées, de petits projets…  mais tellement moins que les années précédentes.  On dirait que le plaisir est moins présent au coeur des apprentissages puisqu’on travaille pour un examen à la fin!  J’ai beau lui rappeler que ce n’est pas un examen qui change le désir d’en apprendre un peu plus…  rien n’y fait : il travaille pour l’examen à la fin.

robin

 Chez nous, ça ressemble à cette image ce matin…

Bonne journée tout le monde!

source de l’image : Pinterest

 

 

 

Publié dans Tout ce qui n'a pas été classé encore....

Je suis fier de bien parler


Notre petit exercice de lecture à haute voix de la semaine 

 

Lisez ceci…  dites-moi, où peut-on trouver une aussi belle description d’un lever de soleil dans un manuel scolaire d’aujourd’hui??????

pfff…  je cherche ce genre de manuel depuis longtemps.  C’est de cette nourriture littéraire qu’on devrait nourrir nos enfants.

 

Route de Luz

Le soleil se lève à peine, et les montagnes le cachent encore.  De pâles rayons viennent colorer les mousses du versant occidental.  Ces mousses, trempées de rosée, semblent s’éveiller sous la première caresse du jour.  Des teintes roses, d’une douceur inexprimable, se posent sur les sommets, puis descendent sur les pentes.  On n’aurait jamais cru ces vieux êtres décharnés capables d’une expression si timide et si tendre.  La lumière croît, le ciel s’élargit, l’air s’emplit de joie et de vie.  Un pic chauve au milieu des autres se détache plus noir dans une auréole de flamme.  Tout d’un coup entre deux dentelures, part, comme une flèche éblouissante, le premier regard du soleil.

Hippolyte Adolphe Taine ( philosophe)

Un travail de lecture orale.

Articulez!  prononcez!  Parlez bien, en tout temps et partout!