Publié dans Tout ce qui n'a pas été classé encore....

Journal quotidien


On me demande souvent pourquoi je ne parle pas de mon fils-2 au secondaire.  C’est simple en fait : je ne fais pas d’extra avec lui…  je ne fais que suivre les manuels.

À ce niveau, je préfère me concentrer sur l’essentiel puisqu’il sera évalué sur toutes les matières à la fin de l’année.  Je suis consciente que cela fait un parcours moins stimulant… par contre, il travaille sur un parcours plus « rassurant » pour atteindre les objectifs!

Pour le moment, il n’arrive pas à produire suffisamment de travail pour que je songe à « bonifier » son programme..  comme on dit ici : « il a d’la broue dans le toupet! » hihihihi 😉  Avouons-le, à ce niveau, le programme en entier demande beaucoup de travail.

Pour répondre à une maman ce matin, je répète ici les manuels que nous utilisons en ce moment :

  • Français – secondaire 5 : PORTAIL de CEC  : le choix des textes est intéressant…  le travail sur le texte un peu moins… je n’aime décidément pas la formule québécoise.  Il faut y mettre beaucoup de temps pour arriver à tout faire!  Je suis contente de ce choix car il propose un choix de textes nettement différent des autres manuels pour ce niveau.
  • Mathématique  Technico-science – secondaire 4 : Intersection de Graficor et plusieurs cahiers «anciens » que je possède…  et oui… j’utilise d’anciennes méthodes pour apporter une autre façon d’aborder la même chose.  Le matériel « avant réforme » avait l’avantage d’avoir plus de « drill » pour une notion.  On insistait sur l’acquisition de la connaissance avant le travail sur une compétence.  Une grande différence pour des élèves comme mon fils-2!!!!!!
  • Anglais – secondaire 5 : Turning Point de CEC : C’est correct…  sans plus.  Comme mon fils-2 utilise l’anglais ailleurs que dans les livres…  la méthode n’est là que pour mettre un cadre sur les notions essentielles à connaître à ce niveau.
  • Science – secondaire 4 : Observatoires : Il reste un bon manuel même si je trouve qu’il manque d’exercices…  et que certaines notions mériteraient d’être plus élaborées pour bien la comprendre.  Heureusement que je possède une bonne connaissance dans cette matière pour l’accompagner!
  • Histoire – secondaire 4 : Présences de CEC.  Je suis certaine que les nouveaux cahiers sont plus pertinents…  mais comme je possède tout le matériel, je l’utilise pour le moment.  Ce programme est lourd si on le fait en entier…  il demande beaucoup de temps de travail!
  • Arts plastiques – secondaire 4 : pas de manuel.  Nous avons un dossier de travail imposé par notre Commission Scolaire.
  • Éthique et Culture religieuse – secondaire 5 : Vivre ensemble de ERPI.  Je suis certaine qu’il y a mieux… mais au fond, ils doivent tous se ressembler…
  • Projet Personnel Orientant – secondaire 4-5 : pas de manuel.  Nous avons, ici encore, un dossier de travail imposé par notre Commission Scolaire.

C’est un lourd programme…   on est loin du français-maths-anglais que plusieurs mamans qui m’écrivent croient devoir faire à ce niveau!!!!  Pour obtenir un DES, il faut beaucoup plus que les trois matières de base!

Ah oui..  Il fait effectivement des cours sur deux niveaux.  À ce niveau, à l’école-maison, l’élève peut faire un examen d’un niveau supérieur et obtenir « par déboulement » les crédits du niveau inférieur.

____________________________________________________

Comme j’ai promis de faire l’effort de le mentionner, je profite de cette publication pour vous mentionner mon prochain thème…

Ma prochaine semaine sera sous le thème de la préhistoire.

Comme ma semaine sera une semaine de 4 jours, je vais probablement déborder dans la semaine suivante.  Je n’ai pas l’intention d’aller trop loin dans l’exploration du thème…  l’idée est de toucher à plusieurs thèmes pour «forcer», en douceur naturellement, le désir d’explorer plus loin avec des lectures personnelles.

  • Le métier d’archéologue
  • La préhistoire
  • L’origine de l’humanité : les premiers humains
  • Les premiers outils
  • La vie des premiers peuples
  • Les grands mammifères préhistoriques
  • Des traces de vie dans les roches
  • La grotte de Lascaux…  je ne sais pas encore.

Naturellement…  je me réserve le droit de changer d’idée si le temps de préparation me manque!

Je vous souhaite une belle journée tout le monde!

 

 

Publié dans Tout ce qui n'a pas été classé encore....

Je réponds…


Une maman me demande si je connais un outil visuel qui pourrait aider sa fille à mieux comprendre le complément déplaçable dans une phrase (CC)

 

Un outil très clair est proposé par « Les clés de la classe ».

Les affiches sont magnifiques et visuellement très claires.

CC est déplaçable
Cliquer ici pour accéder aux ressources du site

 

Je vous conseille très fortement de visiter son site qui offre plusieurs affiches réellement pertinentes et utiles pour mieux comprendre « visuellement » plusieurs notions!!!!

Publié dans Tout ce qui n'a pas été classé encore....

Je réponds…


Une maman m’envoie ceci :

Il me regarde avec les yeux dans l’eau : « Je t’assure maman que je n’ai jamais appris ça…»

Je soupire…

On parle ici des groupes du nom!!!!!!!!!!!!!!!

Quoi de plus normal pour moi que cette réaction puisque, et malheureusement pour moi, elle est quotidienne! 😉

Oui… Ces enfants me surprendront toujours…  on voit cette notion dès la première année!!!!!!!!!!!!!!!

Plusieurs mamans m’écrivent souvent, désespérées parfois, parce que leurs enfants oublient des notions pourtant si simples au fond.

Rassurez-vous, les miens aussi!  Même si je ne suis pas LA référence, mes enfants aussi oublient parfois des notions aussi simples qu’un groupe du nom.  En fait, ce n’est pas la notion qu’ils ont oubliée mais bien l’appellation « groupe du nom ».  N’est-ce pas normal?  Je pense que oui puisque j’oublie moi-même certaines choses quotidiennement! hihihi

Il y a beaucoup de choses à connaître dans la langue française…  beaucoup de règles et d’exceptions.  On s’y retrouve parfois difficilement adulte, alors…  il faut avoir la tolérance et la conscience de comprendre qu’il est possible d’oublier sans être « stupide ».

Enseigner, c’est répéter…  répéter…  et répéter…  une tonne de fois les mêmes notions.

Hier, mon fils de 6e année m’a demandé ( en mathématique ) : « C’est quoi un produit maman? »  Hein??????????????

Je SAIS que cette notion a été enseignée, sue et comprise…  Je ne m’inquiète donc pas.  Je SAIS qu’il suffit de réactiver la mémoire et tout sera parfait!

Voilà une autre aptitude qu’il nous faut avoir envers nos petits élèves : la patience D’ATTENDRE que les notions s’installent!!!!

Lorsque cela survient, je pose quelques questions à l’enfant… histoire de voir si la notion n’est pas en quelque part perdue au milieu de tous les projets qu’il a ( hihihihi )!  Généralement, très souvent d’ailleurs, il me lance un  «haaaaaaaaaaaa  c’est juste ça… je connais tout ça maman! »  Si je vois qu’il demeure perdu, je prends une pause des exercices et je réexplique la notion comme si c’était la première fois.  D’ailleurs, j’en profite pour lui enseigner la notion en utilisant une autre façon de faire.  Par exemple, en mathématique, j’utilise du matériel manipulable ou un autre manuel que celui qu’il utilise.  Varier la façon de faire aide souvent grandement.

Il ne fait pas oublier de revenir souvent sur les notions de base, les notions essentielles à connaitre…

 

Pour le groupe du nom :

On peut donner une très courte dictée d’un groupe du nom  et on pose des questions :

Exemple : Le petit lapin

  • De quoi l’on parle dans ce groupe?  D’un « lapin »
  • Quelle est la nature de ce mot? un nom commun
  • Quel indice nous aide?  il est accompagné d’un déterminant « le »
  • Il est comment le lapin? petit
  • Quelle est la nature de ce mot : adjectif puisqu’il dit comment est le lapin.
  • Que peut-on dire de ce groupe de mots « le petit lapin » ?  ils forment un groupe du nom dont le noyau est «lapin»

Chez nous, la réussite vient toujours avec la compréhension de la notion.  L’enfant DOIT être en mesure de me faire lui-même un exercice oralement.  C’est lui qui pose les questions et donne les explications.  Je peux donc voir s’il a réellement compris.

Par la suite…  plus difficile… on demande de repérer un groupe du nom à l’intérieur d’une courte phrase.  Les plus jeunes éprouvent souvent de la difficulté à retrouver les groupes du nom puisque certains noms peuvent devenir des adjectifs,  des adjectifs des verbes, etc.  De plus, les déterminants ne sont pas toujours de bons repères puisqu’ils peuvent être des compléments!

Voilà pourquoi il faut bien comprendre ce qu’est un nom…

Une belle idée pour les plus petits c’est de découper les mots et reformer les groupes du nom.  Ils peuvent prendre conscience que l’adjectif peut souvent se placer avant ou après le nom.

N’oubliez surtout pas que cette notion de groupe du nom revient à chaque année…  jusqu’à la fin du secondaire! ha!  😉