Publié dans Tout ce qui n'a pas été classé encore....

La poule et le moineau (texte)


Il était une fois un moineau qui s’étonnait que la poule restait toujours par terre et ne vole jamais.

  •  Madame la poule, demanda-t-il un jour, pourquoi ne voles-tu pas, comme moi ?  Tu as des ailes pourtant.  Veux-tu que je t’apprenne ?

  •  Et pourquoi donc volerais-je, puisque je trouve ma nourriture par terre ? répondit la poule.

  •  Oui, mais celui qui sait voler peut aussi s’enfuir, dit le moineau, plein de sagesse.

  •  Je ne vois pas pourquoi je m’enfouirais. Je suis très bien ici.  Va-t-en, et laisse-moi manger en paix.  Le moineau hocha la tête, accablé par tant de bêtises.

  •  Les hommes vont te tuer et te manger.  Comme tu ne sais pas voler, tu es une proie facile. Enfin, je t’aurai prévenue !  Et le moineau s’envola.

Le lendemain matin, la poule fut saisie d’une grande frayeur en voyant arriver le fermier armé d’un bâton.  Elle se rappela les derniers mots du moineau. Avait-il donc raison ?

  •  Oh !Oh ! se lamenta la poule en s’enfuyant, la tête basse, vers un buisson. J’aurais mieux fait d’écouter les bons conseils du moineau…

Le fermier s’occupa de ses maïs puis chercha sa poule à travers la basse-cour, mais elle resta cachée dans son buisson, terrorisée. Bien que morte de faim, elle n’osait quitter son abri. Même quand le soir tomba et qu’il commença à faire plus froid.  Il faisait presque tout à fait noir quand le moineau vint se poser au-dessus de la poule.

  •  Si tu veux, je vais encore te donner un conseil, dit le moineau.

  •  Évidemment que je veux, dit la poule. Maintenant, j’ai bien compris que les moineaux donnent d’excellents conseils.

  •  Alors écoute. Quand le fermier viendra pour te tuer, arrange-toi pour pondre un œuf.  Le fermier le prendra et ira vite le faire frire dans sa poêle. Voilà mon conseil, et ne l’oublie pas !

  •  Merci, dit la poule. Je vais faire ce que tu me dis. Aujourd’hui, demain, et tant que je vivrai.  Le moineau s’envola et cria encore de loin :

  •  Si tu ponds un œuf tous les jours, personne n’aura plus envie de te tuer. Sois heureuse et …longue vie ! C’est ce que fit la poule, et elle devint très, très, très vieille.

Auteur inconnu

Si le texte vous intéresse :

La poule et le moineau

Publicités
Publié dans Tout ce qui n'a pas été classé encore....

Thème de la semaine : Les légumes


Depuis quelques semaines, j’ai envie que ma classe-maison ressemble à ce qu’elle était « avant »…  oui, vous savez, avant que je sois dénoncée à la CS, avant que mon plus vieux passe aux examens du DES, avant…  L’époque de l’insouciance…  l’époque où je pouvais créer un « univers » autour de nos apprentissages sans me préoccuper du « après »…

« Avant » , ma rigueur n’était pas moindre…  mais elle se faisait sentir autrement.

Pendant quelques semaines, je vais oser…  je vais quitter, en partie, mes cahiers de travail pour explorer quelques thèmes ou quelques romans entiers.

Notre thème de la semaine : Les légumes!

Un sujet étrange pour des grands enfants de 9 et 11 ans puisque nous habitons la campagne que mon père est agriculteur et que nous avons un jardin potager à la maison.

On peut penser qu’ils connaissent déjà beaucoup de choses…  oui, mais pas autant que je le souhaiterais!!!

Nous mangeons beaucoup de légumes chez nous… vraiment beaucoup… alors je trouve que ce thème apportera un complément d’information sur le sujet et leur permettra de mieux comprendre pourquoi ils en mangent autant.  J’ai beau répéter que c’est important d’en manger… mais pourquoi?

Ma semaine sera divisée en plusieurs sections qui tourneront autour de mon thème de la semaine.

Histoire et géographie :

  • L’origine des légumes : cliquer ici
  • D’où viennent les légumes que nous mangeons? : Cliquer ici
  • Les légumes du Québec : CLIQUER ICI  ( liste et calendrier )

Science :

Arts et arts plastiques

Giuseppe Arcimboldo, L’Homme-potager, 1590, huile sur bois, 35,8 cm x 24,2 cm, Musée civique, Crémone, Italie.

Petite situation d’écriture express

Arts plastiques :  Photomontage 

Autoportrait ou portrait imaginaire à la manière de.

Situation d’écriture :

Je leur demande de me choisir un légume et de m’en parler.  Je veux connaître son origine, ses éléments nutritifs, comment on le cultive, etc…  Une fiche d’information complète.  Il devra la présenter à la famille ensuite.

Je leur demande de choisir une recette, de la retranscrire et de l’illustrer.  Pour compliquer un peu les choses, la recette utilisera un légume moins populaire chez nous!  Nous ferons la recette qu’il devra commenter par la suite sur sa copie de recette.

Étude de la langue :

Fils-3 6e année : le pronom ( personnel, possessif, démonstratif, relatif.) sujet ou complément

Fils-4 4e année : Les constituants du groupe du nom.

Sujet d’invention : Écrire une petite annonce : Tu es un jardinier qui aimerait inviter les gens à déguster tes produits.  ( je leur demande de porter attention à l’utilisation de notre notion de la semaine )

Textes de la semaine :

***Je vais me servir de ces textes pour l’étude de la langue et pour relever quelques caractéristiques ( le merveilleux dans un conte, le schéma narratif )

Lecture à haute voix : Les aventures des oiseaux-fruits de Michel Rio

Je n’en parle pas souvent mais la lecture à haute voix fait encore partie de notre quotidien!

 

 Si cela vous intéresse, voici ma fiche-référence :

thème de la semaine_ légumes

 

J’ajouterai mes canevas d’écriture plus tard cette semaine… là je n’ai pas le temps.

 

 

Publié dans Tout ce qui n'a pas été classé encore....

Notre oeuvre de la semaine


Nous faisons un détour dans les légumes cette semaine… donc cette oeuvre est parfaite pour accompagner notre thème de travail, non?

Giuseppe Arcimboldo, L’Homme-potager, 1590, huile sur bois, 35,8 cm x 24,2 cm, Musée civique, Crémone, Italie.

Nom de l’artiste : Giuseppe Arcimboldo

Dates : 1527-1593

Pays :  Italie

 

Ce que j’ai découvert :

***  On peut s’informer : Éternels éclairs 

Ce que j’ai analysé : 

  • Première impression : L’enfant dit ou écrit sa première impression
  • Première description de l’oeuvre par l’enfant : « ce qu’il voit ».
  • On analyse l’oeuvre ensemble.

Cette semaine : 

Je me sers de cette oeuvre pour une situation d’écriture « express »

S’il pouvait parler, que raconterait l’homme jardinier?

Giuseppe Arcimboldo_L’homme potager

 

Publié dans Tout ce qui n'a pas été classé encore....

Jack et le haricot magique (texte)


Voici un des textes qui accompagnera mon fils de 6e cette semaine ( en parallèle avec son roman « la maison s’envole » qu’il a presque terminé )

Jack et le haricot magique

Il était une fois une pauvre veuve qui vivait avec son fils Jack. Un jour qu’ils avaient très faim, la mère dit à son garçon d’aller vendre leur unique vache qui ne donnait plus de lait. S’en allant au marché, Jack rencontra un étrange personnage qui lui dit :

  • Donne-moi ta vache et ces cinq haricots seront à toi.

  • Vous vous moquez de moi, s’écria Jack. J’en veux au moins cinq pièces d’argent!

  • Ces haricots sont magiques. Si tu les plantes, en une nuit ils pousseront jusqu’au ciel.

  • Jusqu’au ciel! répéta Jack. A l’idée de posséder une plante magique, il accepta.

De retour chez lui, sa mère se mit en colère.

  • Es-tu devenu fou, mon fils? Comment as-tu pu échanger notre vache contre cinq petits haricots? C’est de l’argent qu’il nous fallait et non des haricots!

Tout à sa colère, elle jeta les graines par la fenêtre et envoya Jack se coucher. Le lendemain matin, Jack s’aperçut que, pendant la nuit, une immense plante avait poussé devant la fenêtre jusqu’à se perdre dans les nuages. Il se dit que ces haricots étaient vraiment magiques.

Sans hésiter, il commença à escalader le haricot géant.

De branche en branche, de feuille en feuille, il grimpa jusqu’au ciel. Tout en haut, il découvrit un château qui semblait flotter sur les nuages. Il s’en approcha et frappa à la porte. Une très vieille femme lui ouvrit.

  • Que fais-tu là ? lui demanda-t- elle.

  • Je me suis perdu et j’ai faim, dit Jack.

  • Entre si tu veux, je te donnerai un peu de mon lait, mais prends garde car mon mari est un ogre très cruel. S’il arrive, cache-toi bien vite!

Jack venait à peine de finir son bol qu’il entendit la porte grincer et une grosse voix s’écrier:

  • Je renifle le sang d’un enfant! Qu’il soit vivant, ou qu’il soit mort, j’aurai ses os à moudre pour faire mon pain! Jack se précipita dans le four pour s’y cacher.

  • Non, non, mon cher mari, vous croyez toujours sentir des enfants. Tenez, croquez plutôt ce bon gigot, lui dit sa femme.

L’ogre se tut et dévora son repas, avec appétit. Comme il était très riche et très avare, il compta ensuite ses pièces d’or. Puis, se sentant fatigué, il finit par s’endormir. Jack sortit doucement de sa cachette, remplit une bourse de pièces et s’échappa.

Sa mère, en voyant tout cet or, remercia le ciel de lui avoir donné un fils si habile.

Tous deux vécurent des jours heureux grâce aux pièces d’or de l’ogre.

Au bout de quelques mois, il n’y eut plus de pièces dans la bourse.

Jack décida alors de retourner au château.

De branche en branche, de feuille en feuille, il grimpa à nouveau jusqu’au sommet du haricot géant.

Cette fois-ci, il se faufila par une fenêtre ouverte sans être vu et se cacha encore dans le four.

L’ogre arriva avec une poule dans les bras.  Il la posa sur la table et tout se passa comme la première fois.

  • Je renifle le sang d’un enfant! Qu’il soit vivant, ou qu’il soit mort, j’aurai ses os à moudre pour faire mon pain! Il chercha mais ne trouva aucun enfant.

Alors que l’ogre s’était assoupi, Jack vit que la poule pondait des œufs en or.

Il sortit de sa cachette et s’en empara. Mais la poule caqueta et l’ogre se réveilla.

  • Au voleur ! Au voleur ! criait l’ogre mais Jack était rapide et il réussit à se sauver.

Sa mère l’attendait au pied du haricot et lui dit :

  • N’as-tu volé que cette pauvre poule à dix sous?

  • Attends un peu et tu ne seras pas déçue, lui dit Jack.

Il posa la poule sur la table et celle-ci ne tarda pas à pondre un bel œuf tout en or!

La mère remercia le ciel de lui avoir donné un fils si habile. Tous deux vécurent des jours heureux grâce à la poule et à ses œufs.

Pourtant, au fil des mois, Jack se sentait de plus en plus triste.

Rien ni personne ne pouvait lui tirer un sourire.

La visite d’amis, la venue de saltimbanques n’y faisaient rien.

Jack s’ennuyait et n’avait qu’une envie: retourner, une fois encore, dans le château de l’ogre.

Jack escalada le haricot géant.

Cette fois-ci il entra par la porte qui était restée entrouverte et se cacha dans un chaudron.

L’ogre arriva et tout se passa comme à l’habitude.

  • Je renifle le sang d’un enfant! Qu’il soit vivant, ou qu’il soit mort, j’aurai ses os à moudre pour faire mon pain! s’écria-t-il mais, comme la dernière fois ne trouva aucun enfant.

Pourtant, ce jour là, l’ogre ne parvenait pas à trouver le sommeil.

Il alla chercher une harpe en or qui jouait et chantait sans même la toucher.

Au son de la douce musique, l’ogre s’endormit.

Jack sortit de sa cachette sans bruit et déroba la harpe qui se mit à crier :

  • Maître, mon bon maître, réveille-toi, voilà qu’on me vole!

L’ogre poursuivit l’enfant mais Jack fut, une fois encore, le plus rapide.

Il se précipita dans les branches du haricot géant et, de feuille en feuille, arriva jusqu’à terre.

  • Regarde ce que j’ai apporté, cria-t-il à sa mère.

Soudain, un bruit énorme se fit entendre…

L’ogre, toujours à la poursuite de Jack, descendait le long de la tige.

Jack s’empara alors d’une hache et abattit le haricot géant.

La plante s’écroula et écrasa l’ogre dans sa chute.

Désormais, Jack ne pouvait plus escalader le haricot mais il avait eu si peur qu’il n’en avait plus vraiment envie.

Grâce aux œufs d’or et à la harpe enchantée, sa mère et lui vécurent à jamais heureux.

 

Si le texte vous intéresse :

Jack et le haricot magique

 

Je vais l’utiliser pour l’étude du schéma narratif :

  • situation initiale : état initial avec présentation des personnages et du contexte (pauvreté)
  • élément déclencheur : la rencontre avec un homme étrange, les cinq haricots magiques
  • péripéties  : première visite chez l’ogre et vol d’un sac d’or,  deuxième visite chez l’ogre et vol d’une poule aux œufs d’or, troisième visite chez l’ogre et vol d’une harpe d’or
  • dénouement : comment Jacques se débarrasse de l’ogre ( et quitte ce monde onirique)
  • conclusion : vie heureuse ( richesse) – retour à une  réalité meilleure
Publié dans Tout ce qui n'a pas été classé encore....

La bataille du frigo (texte)


Voici un des textes qui accompagnera mon fils pour la prochaine semaine.  Il s’agit d’un texte du « professeur Phifix » 

-Dites donc, les tomates, vous ne trouvez pas qu’il y a une drôle d’odeur par ici ?
Personne ne s’est oublié, par hasard…

-Vous n’avez pas tort les courgettes ! répondirent en chœur les tomates en branches.

-Une odeur plutôt écoeurante et ça provient d’au-dessus de notre bac à légumes.

-Oui, une odeur entêtante qui va empuantir tout le frigo.

-Hum…hum ! Moi, j’appelle plutôt ça un parfum, un doux parfum de melon, parce que moi au moins, je suis un fruit de saison, un fruit juteux et délicieux.  Pas comme certains que l’on trouve en toute saison et qui n’ont plus aucune saveur.

-C’est la jalousie qui vous fait parler, répliqua une carotte, car si vous aviez de la consistance, vous tiendriez plus longtemps. Quand à l’odeur, je ne donne pas tort aux courgettes : vous sentez. Et vous aurez été dévoré depuis belle lurette que votre odeur imprégnera encore tout le frigo.

-Vous me faites un procès d’intention, parce que si vous voulez vraiment parler d’odeur, il y en a d’autres, au rayon supérieur qui empestent réellement et ça, toute l’année !

-C’est de nous que vous parlez ? s’exclamèrent les fromages sur des tons divers.

-Tout à fait, reprit le melon. Personne ne peut contester que vous puez comme trente-six mille boucs !

-Il ne faut pas exagérer ! s’indigna un petit fromage de chèvre tout sec.

-Oui, ajoutèrent les portions de fromage de la « vache qui miaule », il ne faut pas généraliser.

-J’ai compris, ronchonna le camembert d’une voix rauque à cinquante pour cent de matières grasses, c’est après moi que vous en avez !

-Ah ! intervint l’entrecôte, si on pouvait enfermer le melon et le camembert dans le bac à légumes, on ne s’en porterait pas plus mal.

-Je dirais même plus, surenchérit le faux-filet : dans le freezer ! Dans le freezer !

Tous les aliments du frigo (à l’exception des deux accusés) éclatèrent d’un grand rire à s’en fendre la poire mais se turent aussitôt car la porte venait de s’ouvrir. La lumière s’alluma et la famille, affamée par une grosse journée de travail et de classe, opéra une belle razzia sur les rayonnages, mettant tout le monde d’accord.

G. Hubert-Richou

Je vais me servir de ce petit texte humoristique pour travailler les groupes du nom avec mon fils-4.

On peut le télécharger sur le site du « professeur phifix »  : CLIQUER ICI