Publié dans Tout ce qui n'a pas été classé encore....

Problème? situation-problème?


On me demande souvent de faire la différence entre une résolution de problème et une situation-problème.  Effectivement, nous avons au Québec la chance d’avoir cette fameuse compétence de résoudre des situations problèmes dans nos examens.

Une résolution de problème est probablement ce que tout le monde connait.  Un petit problème où on retrouve dans son énoncé l’ensemble des données pour le résoudre.

Voici un exemple  ( 5e année ) : 

  • Pierre a 3 ans. Son frère est 3 fois plus âgé. Quel âge a le frère de Pierre ?

Une situation-problème est nettement autre chose.  C’est encore un problème de mathématique mais on ne retrouve pas dans son énoncé les données pour le résoudre.  L’enfant doit donc mobiliser un ensemble de connaissances pour trouver la solution.

Voici un exemple ( 5e année primaire ) : 

Tu es un astronaute qui part en mission dans quelques mois pour la lune.La N.A.S.A. te demande de faire un menu de 3 jours pour le voyage.

Cependant, tu dois respecter quelques exigences dela N.A.S.A.

  • Comme tu dépenseras beaucoup d’énergie, tu dois consommer entre 1 500 et 2 000 calories dans une journée. Une journée comprend un déjeuner, un dîner, une collation et un souper.
  • Le total des coûts d’une journée doit être inférieur à 30,00 $.
  • Tu dois prendre au moins 4 breuvages par jour
  • Tu ne peux pas avoir deux journées avec le même menu.
  • Tu dois compléter un tableau dans lequel on retrouvera le menu, le nombre total de calories et les coûts de chaque repas d’une journée.
  • Tu dois compléter un tableau dans lequel on retrouvera le total des calories et des coûts pour chacune des journées.

La difficulté d’une situation-problème réside surtout dans la lecture du problème et l’analyse de celui-ci.  Il arrive souvent que l’enfant ne comprenne absolument pas comment résoudre un tel problème.  Même si l’enfant connait les notions qui serviront à le résoudre ce problème, il ignore comment résoudre le problème.

Nos examens du Québec contiennent toujours cette fameuse « CD1  » ( compétence disciplinaire 1 ). Il faut donc en faire pour que l’enfant apprenne à mobiliser ses connaissances pour les résoudre.

Publicités

36 commentaires sur « Problème? situation-problème? »

  1. Ayoye! C’est vraiment ce qu’on demande en 5ème année? Je comprends qu’il te faut absolument utiliser des manuels québécois pour résoudre ça…

    J'aime

  2. Comme je l’avais déjà écrit dans un autre message, j’ai l’impression d’être dans mon cours d’étude de cas pour les examens de corpo en 3eme année de bac en comptabilité… C’est pas facile de mettre tout ce qui se passe dans ton cerveau sur une feuille de papier… J’ai vu des étudiants très brillants ce péter la gueule dans leurs examens de corpo à cause de cela… On nous enseignait d’une façon et il fallait refaire toute notre méthodologie de passation d’examen après 3 ans d’université…

    J'aime

    1. Pour les résolutions de problème, il y en a partout sur le net. Moi, j’en fait 1-2 par jours.

      Pour les situations-problèmes, il y en a un peu sur le net, mais de plus en plus les nouveaux cahiers en proposent quelques-unes ( Numérik, Math et Matie, Tam-Tam, Caméléon, planète maths, etc… ) Moi, j’en fait environ 1 / 3 semaines.

      J'aime

  3. Foutue NASA…!! 😡
    Euh j’espère que l’enfant trouve tous les éléments nécessaires à la réponse quelque part, parce que je me demande bien où il irait inventer tel aliment à tel prix « au ptit bonheur la chance », ça ne serait pas très mathématique! 😮
    Nous utilisons les manuels de maths Singapour (version française) et nous y retrouvons beaucoup, beaucoup de résolutions de problèmes. Mais je ne sais pas si ça peut rentrer dans la catégorie « situation-problème », car bien qu’ils soient parfois plus complexes et denses que l’exemple de « problème » que tu as mis, les éléments de calculs sont tout de même trouvables à l’intérieur de la consigne. Je suis donc perplexe… bien que nous ayons bien le temps de voir venir d’ici à un examen, du coup, je ne sais pas si ma fille (entre en 3e année) aura le niveau de ce point de vue-là.

    J'aime

    1. Pour avoir fait Singapour de 1 à 6 et même secondaire 1… Je peux t’assurer que tu n’as pas de situation-problème dans ces manuels. C’est d’ailleurs la belle réforme québécoise qui a apporté cette compétence.

      Dans une situation-problème les éléments ne se retrouvent jamais là, il faut chercher!!!!!!!! Voilà la compétence à acquérir!!!

      Oui, il faut y penser avant d’être rendu à l’examen, car c’est une compétence qui est difficile à acquérir. Cependant, si l’élève est évalué aux adultes, il n’y en a pas! Naturellement, c’est une compétence à acquérir au Québec, pas ailleurs dans le monde.

      J'aime

      1. Olah d’accord… et ils doivent chercher où? par exemple pour le cas que tu proposes : dans les circulaires? sur internet, etc?
        Donc comme je compte continuer maths Singapour, est-ce qu’il y a un cahier avec uniquement des situations-problèmes que je pourrais trouver pour compléter?
        Merci beaucoup de m’avoir reprécisé tout ça, je ne connaissais vraiment pas!

        J'aime

      2. Pas du tout, souvent ils sont devant leurs feuilles à l’examen et ils doivent chercher en eux les outils pour mobiliser toutes leurs connaissances antérieures.

        Voici le genre de situation-problème en 3e année :

        Afin de gâter quelqu’un de très important pour toi, tu dois fabriquer un napperon que tu lui offriras en cadeau à l’occasion de la Saint-valentin.

        Sur le carton qui te sera remis, tu dois créer ton napperon en respectant les informations et les consignes suivantes :

        Trace une bordure de 7centimètres tout autour de ton napperon.

        En débutant par le coin supérieur gauche, divise ta bordure en carrés de 7 cm de côté.

        Dessine un motif non symétrique, en lien avec le thème, dans le carré supérieur gauche.

        Trace ce motif par réflexion dans la case voisine.

        Continue cette frise par réflexion jusqu’à ce que toutes les cases contiennent le motif.

        Colorie ta frise (motifs et carrés) en respectant la symétrie.

        Attention… c’est une compétence pour le Québec seulement!!!

        J'aime

      3. Bonjour,

        Je parcours votre blog et je découvre cette compétence qui fait tant hurler les parents en France.

        En effet, ne pas mettre de données dans un problème est en total contradiction avec le fonctionnement de notre cerveau.

        En France, les dégâts des méthodes de lecture globale sont très graves et si il n’y avait que ce domaine : plus de leçons de grammaire, des livres de mathématiques à faire pleurer un enfant (ce qui est mon cas).

        Pour certains parents, le réveil est brutal; nos écoles ne sont plus des écoles; ce sont des camps de formatage à des méthodes incompréhensibles.

        Jusqu’où iront ils dans la déstructuration de nos chers têtes blondes ou brunes ?

        Je n’en reviens toujours pas…et encore, je ne vous livre pas toutes mes analyses.

        Je vous félicite de prendre le temps avec vos enfants pour leur donner des chances de comprendre ce monde.

        J’aime aussi beaucoup les livres anciens postés sur votre site.

        AMV

        J'aime

      4. Par contre, une fois maîtriser, la lecture de ce genre de problème ainsi que sa résolution est très «révélatrice» sur la compréhension «réelle» de l’enfant sur une notion en particulier.

        Dans mon cas, j’en profite pour vérifier comment l’enfant mobilise ce qu’il connait pour résoudre ce genre problème. Quel bon moyen de vérifier le niveau de lecture… puisqu’avant toute chose, la situation-problème est une compréhension de lecture approfondie.

        C’est moche à faire… mais pas totalement dépourvu d’apprentissages «réels» pour l’enfant.

        J'aime

      5. Bonjour Sylvie,

        Je vous remercie pour votre réponse; néanmoins, apprendre une telle compétence relève du surnaturel pour moi.

        J’aimerai bien savoir comment sont notés les enfants ?

        Sachant que chaque enfant est différent : on ne note plus sur des savoirs acquis mais sur des savoirs être ou faire.

        En gros, si j’ai bien compris, on note des comportements (un mode de fonctionnement) par rapport à une situation donnée : quelle est selon vous le but de cet apprentissage ?

        Bien à vous,

        AMV

        J'aime

      6. Effectivement, on ne note plus la réponse mais bien la démarche pour atteindre une réponse. Ainsi, par exemple, si pour résoudre le problème l’enfant doit mobiliser 4 ou 5 compétences, c’est sur ces fameuses compétences qu’on porte le regard et non pas sur la réponse finale. Un enfant pourrait très bien avoir un résultat erroné mais réussir à obtenir une note vraiment excellente malgré tout. «Il savait quoi faire mais s’est un peu perdu en route» 😉

        J'aime

      7. Bon c’est le grand chantier en France pour l’année 2016. Je me demande comment vont faire les écoles privées hors contrat; je vais me renseigner….

        Vous pouvez également faire des recherches sur les sites des académies de l’éducation nationale, ils regorgent de situations problèmes en tout genre.

        Mais apparemment, vous êtes plus en avance que nous sur ces questions.

        J'aime

      8. Il faut faire la différence entre la classe de problèmes mathématiques, résolution de problèmes, banque de problèmes… et les «situation-problème» qui sont totalement une autre chose!

        J'aime

      9. Merci Sylvie…

        J’ai bien compris les 2 notions. De toute façon, si je n’ai pas le choix, je serais bien obliger d’ expliquer à mes enfants cette façon de procéder comme vous le faites avec vos enfants.

        Vous avez bien fait de mettre une procédure de ce type de démarche pour les parents.

        Que je ne manquerai pas de vous « piquer » si besoin est….

        Mes enfants ont 2 méthodes de maths : Singapour et les cours de Marc LE BRIS (voir site internet) qui sont très bien faits, utilisables en complément.

        Bien à vous,

        AV

        J'aime

  4. Wow… même si je trouve ça un peu complexe pour une 3e année, c’est encore « potable » peut-être… mais en 5e année du primaire, ils seraient censés connaître les prix et calories des aliments alors que même nous, nous ne les connaissons pour ainsi dire pas??? :s

    J'aime

      1. Tu me rassures, s’il y a un cahier avec les informations dedans! Mais je trouve que c’est quand même trop, selon moi : quand je vois ma nièce (scolarisée à l’école depuis toujours) qui ne sait pas écrire une phrase simple et courte sans y faire plusieurs « fautes » monstrueuses à tel point qu’on la dirait illettrée, rendue à 11 ans, et qu’on la laisse passer de classe en classe, alors que ma fille de 8 ans saurait l’écrire sans problème, j’ai l’impression que les enseignants/MELS ne se focalisent pas sur les choses principales : les bases! C’est l’une des nombreuses raisons pour lesquelles nous faisons l’école-maison.
        Mais finalement : sais-tu s’il existe des cahiers de situations-problèmes qui pourraient compléter nos manuels de maths Singapour? 😉 parce que du coup, ça m’intéresserait bien…

        J'aime

      2. Nous sommes plusieurs à avoir votre vision iwkido!!!!! Cependant, la réalité n’est pas représentative de nos souhaits les plus chers.

        Il existe ici et là sur le net quelques situations-problèmes :

        2e cycle :
        http://spip.cslaval.qc.ca/recit/article.php3?id_article=142&var_recherche=Banque+de+situations-probl%E8mes+math%E9matiques

        3e cycle :
        http://spip.cslaval.qc.ca/recit/article.php3?id_article=167
        http://recit.cstrois-lacs.qc.ca:8080/recit1/spip.php?rubrique352

        Moi, je préfère les nouveaux cahiers de mathématique qui en proposent à l’intérieur.

        J'aime

      3. Merci beaucoup pour ces liens! 🙂 J’en ai trouvé un pas trop mal de mon côté aussi : http://www.csportneuf.qc.ca/sed/martin.boudreault/mathprim.htm
        Pour les nouveaux cahiers de maths, je vais regarder s’il est possible de les feuilleter directement en ligne, car j’aime beaucoup la méthode Singapour, très progressive et qui solidifie les bases, en plus d’être colorée et agréable pour les enfants. Si tu as changé de méthode en cours de route avec tes enfants : est-ce que ça n’a pas été trop dur comme changement? et est-ce que le niveau était le même? (je suis désolée pour toutes ces questions :/ )

        J'aime

      4. La différence est grande… très grande. Mon fils-1 a une grande facilité avec les maths, donc ce fut assez simple pour lui ayant fait plusieurs programmes ( Singapour, CNED, Sésamath, etc… ) mais nous avons travaillé vraiment fort l’an dernier pour les fameuses situations-problèmes. Il n’arrivait pas à les réaliser. Le problème c’est que même si l’enfant possède tous les savoirs nécessaires, il n’est pas toujours simple de la réaliser. Il faut développer la lecture, l’analyse et la méthode pour résoudre cette démarche fastidieuse.

        Pour le niveau, Singapour part en flèche, plus rapide et plus fort, mais au fil du temps les programmes québécois finissent par voir la même chose dans un langage totalement différent. Les programmes européens sont nettement plus forts en géométrie qu’un programme québécois.

        J'aime

  5. (je suis française immigrée au Québec, donc mes enfants, québécois auront ces… choses-là à apprendre… à moins que l’envie ne nous prenne soudain de franchir la frontière ontarienne!)

    J'aime

    1. hahaha ce serait plus simple!!!! Mais, il ne faut pas avoir peur c’est une compétence qui s’apprend très bien. D’ailleurs, mon fils de secondaire 4 a eu 100% dans cette section d’évaluation à l’examen pour l’obtention du DES et l’an dernier en secondaire 3 aussi.

      J'aime

  6. mais en même temps ca semble passionnant !!! C’est un apprentissage à l’autonomie. Se débrouiller seul. J’aime beaucoup.

    J'aime

    1. C’est très représentatif de plusieurs problèmes concrets que nous avons à faire en tant qu’adulte. Il faut juste développer cette façon de résoudre un problème mathématique. Disons qu’au niveau secondaire, cela devient parfois assez complexe. Juste lire le problème donne des maux de tête! hahahaha 😉

      J'aime

  7. Il existe aussi des situations problèmes en histoire, géo, sciences,… mais que ça demande du temps de préparer tout ça…
    En tout cas, ton explication et différentiation entre problèmes et situations problèmes a bien répondu à mon questionnement. C’était bien ce à quoi je pensais. Le hic, c’est qu’en cherchant sur le net, je tombe sur des problèmes nommés « situations problèmes »…d’où mes interrogations.

    J'aime

    1. Il y a aussi des situations d’apprentissage et d’évaluation ( SAÉ ) qui sont parfois aussi des situations-problèmes!!!

      Cependant ce sont des « projets » qui demandent plus de temps et de recherches.

      J'aime

  8. Pour l’éducation aux adultes, ils sont à créer du nouveau matériel en vue de compléter la réforme à tous les niveaux. C’est donc une question de temps pour que les SAÉ fassent partie des examens. (le renouveau pédagogique peut être déjà en vigueur dans certaines CS, c’est au choix actuellement) Le monsieur de la SOFAD nous a dit que c’était une question de mois avant l’application obligatoire.

    J'aime

  9. À propos du sujet de la situation problème si les enseignants distinguent bien entre problème à résoudre qui nécessite la mobilisation des prérequis (savoir, savoir faire….) qui est généralement une situation à caractère intégratif donc la mobilisation du déjà vu et situation problème qui est organisée autour du franchissement d’un obstacle par le groupe, obstacle préalablement bien identifié par l’enseignant c.-à-d. le non vu.

    J'aime

    1. Tout à fait d’accord!!! La situation-problème n’est pas là essentiellement pour vérifier la compréhension d’une notion, mais bien de vérifier la « compétence » à résoudre une situation. L’enfant possède donc un certain nombre de savoirs mais pas tous!!!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s